Nos compétences

La Communauté de communes d'Aire sur l'Adour exerce onze compétences en lieu et place des communes membres. Ces compétences relèvent de trois niveaux : les compétences obligatoires et les compétences optionnelles fixées par la loi Chevènement du 7 juillet 1999, auxquelles s’ajoutent les compétences facultatives, définies par les élus. Outre l’intérêt de bénéficier d’un soutien financier de l’État et de réaliser des économies d'échelle en réalisant des infrastructures communes, le transfert de compétences doit maintenir et améliorer la qualité des services proposés sur l’ensemble des communes.
L'aménagement de l'espace communautaire est une compétence obligatoire de la Communauté de communes d'Aire sur l'Adour. Les différentes lois d'aménagement du territoire permettent d'assurer la cohésion des politiques menées sur le terrain.
La création, l'aménagement et l'entretien de la voirie d'intérêt communautaire fait partie des compétences optionnelles de la Communauté de communes d'Aire sur l'Adour.
L'élimination et la valorisation des déchets ménagers et des déchets assimilés fait partie des compétences optionnelles de la Communauté de communes d'Aire sur l'Adour.
Déterminer les objectifs d’une politique de l’habitat conforme à l’intérêt communautaire fait partie des compétences optionnelles de la Communauté de communes d'Aire sur l'Adour.
La Communauté de communes d'Aire sur l'Adour a créé en 2003 un Centre intercommunal d'action sociale (CIAS) dont la vocation est d'assurer la cohérence de l'action sociale auparavant conduite par les communes membres au niveau communautaire.
Depuis septembre 2013, la Communauté de communes gère l’École de musique d’Aire sur l’Adour et met en œuvre toute action relevant de ce service sur le territoire communautaire.
La compétence restauration collective a été transférée en 2012, en même temps que la compétence scolaire, périscolaire et extrascolaire.
Le Chenil communautaire recueille les chiens abandonnés sur le territoire des 22 communes de la Communauté de communes, conformément aux dispositions de l’article L 211-24 et suivants du Code Rural.